14 mai : Échos en cascade, rencontre-lecture consacrée à Radovan Ivsic


Théâtre le Fou (Lyon)

14 mai à 18h

2, rue Fernand Rey - 69001 Lyon


Rencontre-lecture consacrée à Radovan Ivšić, conçue par Clément Peretjatko, avec Olivier Neveux.

En lien avec la création, les 17 et 18 mai, du théâtre d'ombres Aquarium de Radovan Ivšić, mise en scène et interprétation : Clément Peretjatko au Théâtre Nouvelle Génération / CDN - Festival Printemps d’Europe.


Toyenjpeg



Poète et auteur dramatique, né en 1921 à Zagreb et décédé le 25 décembre 2009 à Paris, Radovan Ivšić a réussi à être interdit aussi bien pendant l'occupation allemande que par le régime titiste. C'est en effet en 1945 que les chantres du réalisme socialiste, renforcés par les premiers surréalistes yougoslaves tour à tour devenus staliniens et/ou titistes, lui ferment pour trente ans les portes du théâtre. Sa poésie connaît le même sort, bien que son poème, Narcisse, ait été saisi en 1942 par le régime oustachi comme symbole de l'art décadent.

En tant qu'auteur dramatique, il a écrit, entre 1941 et 1956, de nombreux textes de théâtre dont le plus connu est "Le Roi Gordogane" (1943), cité par André Breton comme une date notable dans les éphémérides surréalistes. On lui doit également" Aiaxaia ou le Pouvoir dire".

En 1954, il parvient à gagner Paris où il vit depuis lors et où, sur l'invitation d'André Breton et de Benjamin Péret, il a participé à toutes les manifestations du mouvement surréaliste. À partir de là, il écrit presque exclusivement en français.

Avec les années 1970, l'œuvre de Radovan Ivšić est peu à peu « réhabilitée » en Yougoslavie sous la pression des jeunes générations qui choisissent même le nom d'une de ses pièces, Gordogane, pour titre de leur revue. Un peu avant la publication de son théâtre, paraît, en 1974, Crno, un important choix de ses anciens poèmes.


fou
© Collapse 2012-2014